La bohème à Paris

No comments

Jeudi dernier, je suis allé voir l’exposition Mémoire et lumière, photographie japonaise 1950-2000 à la Maison européenne de la photographie avec un jeune photographe talentueux de Paris et son pote, un modèle qui aimerait percer dans le milieu de la mode.

C’est une exposition que j’avais déjà visitée et que je voulais revoir. Les plus grands photographes japonais du 20e siècle y sont présents. Je me disais à quel point mes deux accompagnateurs étaient chanceux de pouvoir observer de près des tirages argentiques de ces grands maîtres si tôt dans leur carrière. Moi, lorsque j’étudiais la photographie et les arts à Québec et à Vancouver, rares étaient les occasions que j’avais de voir les oeuvres originales des artistes qui me fascinaient. Ma formation générale en histoire de l’art se résume principalement à des reproductions… Depuis mon déménagement à Paris, je rattrape le temps perdu! Il faut dire que dans la Ville lumière, si tu te rends tôt au Musée d’Orsay un jour de semaine en saison morte, tu peux avoir Le Déjeuner sur l’herbe pour toi tout seul. Mais bon, après réflexion, si je veux être le moindrement honnête intellectuellement, je pense qu’à vingt ans, je me foutais pas mal de l’histoire de l’art. Un peu comme ces deux jeunes hommes qui m’accompagnaient.


Après la visite, Kinaki et Charles étaient inspirés et m’ont proposé de faire un shooting improvisé. Ce à quoi j’ai répondu : “Let’s do it”. Cette spontanéité m’a rappelé l’énergie que j’avais moi aussi au début de ma vingtaine. Ce jour-là, j’ai eu l’impression de faire l’école buissonnière et ça m’a fait du bien de renouer avec cette sensation de liberté et d’insouciance. 

Après quelques péripéties afin que je récupère mon équipement, Kinaki et moi avons réalisé des clichés de Charles François en alternance. C’est rare que j’ai l’occasion d’observer un autre photographe. C’était donc super intéressant pour moi de voir Kinaki travailler. Très précis dans ses directives, il sait exactement ce qu’il veut obtenir et comment l’obtenir. Il prend peu de photos et l’image est dans la boîte rapidement. J’ai une approche très différente, je prends beaucoup de photos lors d’une séance et je suis beaucoup moins directif ; j’ai peur que le modèle ne trouve pas l’espace nécessaire pour s’exprimer. Une grande partie de mon esthétique  se révèle dans le processus de sélection des images. 

Enfin bref, j’ai passé une super belle journée avec les Kinaki et Charles. Voici les photos du modèle et un peu de “behind the scenes” que j’ai réalisée ce jour-là.

Qu’en pensez-vous? 

Portfolio de Charles

Le travail de Kinaki : https://www.instagram.com/kinaki_/

Le travail de Charles François : https://www.instagram.com/f7charles/

Appareil photo : Nikon D300S Objectifs : Nikon 35 mm and 85 mm ISO : 200 Ouverture : f2.8 (principalement) Vitesse : Variable

No Comments

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *